• Entends Israël

    Voici un extrait d'un article publié par un Rabbi que je trouve très riche d’enseignements et que je choisis de partager avec vous.

     

    " Les mystères sont à יﬣוﬣ, notre Élohîm ; les découvrements  à nous et à nos fils en pérennité, pour faire toutes les paroles de cette Tora." Devarim 29 : 28

    Qui est Israël ? De l'hébreu Yashar El - qui va tout droit vers El - Israël, le Lutteur d'El, "celui qui a jouté avec les puissances célestes et terrestres et qui a pu", est ainsi l'identité de l'homme qui entend la Voix (ou la Parole = Yeshoua Ha Mashiah) d'Elohim, qui y adhère et la met en pratique. Alors que signifie mettre en pratique sa Parole ? Yediyîm, l'Ecrit (la lettre) est un pan de la révélation d'Elohim, mais la Parole révélée (la Vérité qui rend libre ses auditeurs) est ce qu'il faut mettre en pratique. 

    Les Neviîm Moshé (Moïse), Yirmeyahou (Jérémie), Yeshayahou (Esaïe), Mikhaya (Michée), Hoshéa (Osée), Daniel, ont tous écrit, en leur temps, des choses qu'ils avaient entendues de la part d'Elohîm... Les "il est écrit", "il est écrit" constituent pour les talmidîm un certain niveau de révélation de la Volonté d'Elohim, mais entendre la Parole d'Elohim de façon audible est LE NIVEAU DE REVELATION A ATTEINDRE, le niveau même des élus, des Bnéi Elohim. C'est ce que manifestait le Maître Yeshoua en disant: "les mots que je dis ne sont pas de moi, mais du Père qui oeuvre en moi". 

    C'est cette Parole ou cette Tora (le mot hébreu Tora signifie "Révélation" dans le sens de "comment ça marche?" ou "comment ça fonctionne ?") qu'il faut chercher à entendre et ensuite mettre en pratique. Or, de cette Parole de Vie, cette Tora, beaucoup qui se réclament du Messie en sont privés ou s'en privent inconsciemment, étant encore influencés par les paroles de l'adversaire (la corruption sémantique des Ecrits Sacrés).... 

    C'est l'écoute de cette Parole qu'enseigne allégoriquement le sommet de l'engagement spirituel d’Israël, le Shéma Israël :

    "Shema Israel, (entends Israël) יﬣוﬣ Elohéinou (notre Elohîm)יﬣוﬣ ehad (Un)".

    Celui qui colle à Yeshoua Ha Mashiah (la Parole créatrice qui octroie à ses auditeurs le don du Rouah Ha Kodesh, le souffle de Vérité) fait éhad avec Elohîm le Père. N'est ce pas que le Souffle d'Elohîm ou encore les messagers célestes orientaient tout le temps par la "Parole révélée" les frères de la Kéhila (l'assemblée) Primitive dans leurs décisions ? 

    Le talmid (le disciple) du Maître Yeshoua Ha Mashiah est assisté dans sa marche par la révélation, la Tora d'Elohîm inscrite sur le coeur. Cette Parole (Yeshoua) lui donne des instructions, des prescriptions, des enseignements, des jugements, des ordonnances à observer pour mener à bien la réalisation de la Volonté d'Elohîm depuis les ciels sur la terre. Le talmid est assisté dans sa tâche par une armée céleste composée de malakhîm !

    Ainsi donc lorsque le Yehoudi, l'homme renouvelé par le Souffle d'Elohîm, parle, c'est Elohîm qui parle. Tant qu'il obéit à la Parole révélée, il ne peut aller à l'encontre des écrits même sans ouvrir les livres de la Tora ou les textes de la Bessora Tova, car le Souffle est UN. C'est la raison pour laquelle les disciples du Maître Yeshoua sont aussi appelés Bnéi Elohim. 

    Le terme "Ben" en hébreu signifie à la ressemblance de, en communion avec, en dépendance de. "Ben" ne désigne donc pas forcément le fils biologique, d'autant plus qu'Elohîm est aussi le Père de toute la création.

    A la ressemblance de "Celui qui a vaincu pour siéger sur le trône", le Rabbi Yeshoua, les frères consacrés ont aussi autorité et domination sur toute l'oeuvre des mains du Père céleste : les volatiles du ciel, ceux qui se meuvent dans les mers, les animaux des champs (de même que les hommes qui se comportent comme des animaux) et même les reptiles qui rampent sur la terre (la race de Ha Satân, notre adversaire).

    Tout ceci n'est rendu possible que par "l'entendre" de la Parole révélée. Et cette connexion avec Elohîm le Père s'entretient dans la téfila, la vraie, et dans le jeûne et la contemplation. Toutefois quand nous parlons de téfila nous ne parlons pas des vaines parlottes, exercice dans lequel excellent les chrétiens modernes. Loin s'en faut ! Lorsque nous parlons de prière, nous parlons de la mystérieuse téfila laissée par le Maître aux Shelihîm - celle qui permet d'accéder aux sphères élevées de la Malkhout d'Elohim.

    « Mon être a soif d'Elohîm, de l'Él vivant

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :